LE GUIDE DU LIVRE annuaire de tous les acteurs du livre, création, écriture, édition, impression

https://le-guide-du-livre.blogspot.com

Bienvenue sur ce Blogger d'informations pour tous les passionnés de l'écriture et de la lecture. Associations et Syndicats, Auteurs de Bande Dessinée, Bibliothèques, Fédérations Régionales, INSTITUTIONS DU LIVRE, Maisons des écrivains, Scénaristes, Sites Internet Littéraires, Sociétés des droits d'auteur, etc...

⏬ Recherchez dans ce blogger :

ANNE CÉCILE LECUILLER - ICI - L'ombre de la montagne



ANNE CÉCILE LECUILLER 

artiste peintre, poète, écrivain
Essais - Chroniques - Romans -
Nouvelles - Poésie - Photographies et tableaux





Bonjour, 


Quelques mots pour me présenter :

Je suis née en 1944, j'ai passé toute ma jeunesse dans plusieurs pays d’Afrique équatoriale ainsi qu'en Guyane et à Madagascar.

De retour en France à 17 ans – Études : cursus littéraire. 
Je suis agrégée de Lettres modernes. J'ai fait une carrière d'enseignante puis adjointe au service pédagogique de l'Agence pour l'Enseignement français à l'Étranger (Affaires étrangères)

Actuellement retraitée. 

De 2007 à 2014 je suis partie en Nouvelle-Calédonie à Nouméa pour un travail bénévole dans une association Kanak (Association Jules Garnier pour un Juvénat Lycéen). Je suis poète, peintre, romancière et je vis à présent en Ardèche où je me consacre à l'écriture et expose régulièrement dans les salons de la région.



ICI - L'ombre de la montagne

Bonjour, quelques mots pour vous présenter mon dernier roman, pas forcément le préféré (un auteur en a-t-il un ?) mais celui qui m’est le plus cher par sa simplicité de regard sur le monde, les êtres et les choses. La simplicité de l'évidence. 

Celle aussi de ce qui vous a accompagné(e) longtemps : j’ai commencé à l'écrire en 2005, achevé cette   gestation en 2018, et le voici publié depuis le début de cette année.

Il s’intitule - tout simplement aussi - ICI - L'ombre de la montagne . Ici, oui, un lieu du temps plus que de l’espace, un lieu d’où la femme qui arrive un soir, au début du roman, se retourne vers ce bout de chemin qu'on appelle la vie, et va porter, tout au long du texte, un regard à la fois serein et "intranquille" sur ce chemin, sur les objets, les êtres, le temps, la mémoire - sans aucune nostalgie -, les paysages, l'amitié, l’écriture… 





La vie tout simplement.

• En voici pour vous les premières lignes  :

« - Vous êtes venue pour ça ?

Elle hoche la tête. Oui, oui, elle est venue pour ça. Enfin pour ça et autre chose.

- Je suis venue pour être heureuse. Avant…

Elle s’arrête. Avant ? Ça n’a pas de sens de dire les choses de cette façon. “Avant” n’a de sens que si on se place quand ce sera terminé. Sinon... Je vais plutôt aller défaire mes valises et me reposer avant de découvrir le reste, voilà comment il faut dire les choses. Et demain j’irai me promener. C’est un beau pays et on a le temps de le regarder. Juste pour le plaisir de regarder. Pour une fois on a tout le temps. »


• Et les dernières lignes :

« Voilà, me suis-je dit, mes yeux ne peuvent pas voir plus loin. À gauche quelques maisons blanches, des toits rouges sous le clocher de l’église, les fermes à droite.

Une vallée à l’ombre de la montagne.

Je suis restée jusqu’aux dernières lueurs du soir pour boire le temps, le passage du temps jusqu’à la dernière goutte. Sur la branche du chamaecyparis que je connais si bien il y avait une tourterelle. Est-ce que je connais la tourterelle ? Ce plumage gris tendre et rosé, ces légers mouvements de tête pour surveiller le territoire du jardin, de son jardin ?

Qu’est-ce que je connais de ce monde que j’ai tant aimé moi qui ne connais rien des oiseaux installés entre ses branches de vie, qui vont, qui volent, s’envolent, se posent, se croisent, se reconnaissent, vont à leurs nourritures et leurs amours ?

Qu’est-ce que je connais de ce monde moi qui ne sais même pas ce qui est contenu dans un destin d’oiseau ? »







Merci pour l'échanges de liens entre sites


⏬ Badge échanges de liens :




ŒUVRES POÉTIQUES PARUES :

- sous le nom d’Anne-Marie Fournier :

• Les Champs du Silence- Éditions St Germain-des-prés - 1975 (compte d'auteur)

• Paille et Source- Les Paragraphes Littéraires de Paris - éditions Millas-Martin- 1976 (compte d’auteur) - épuisé

- sous le nom d’Anne-Marie Marie Lécuiller :

• Temps du Pral- Prix Etienne de la Boétie, Bourg-la-Reine - juin 2004 – Éditions M.T. (association des amis de la Poésie - Bourg-la-Reine)

• Arbres, Nuages et autres variations suivis de Tendre est la mort- ed. du Lys bleu - 2018 

Les Champs du Silence :




« Écoute la battre
l’heure du silence
et sa pesée sur les toiles 
du ciel
Laisse-la fendre la vague
des nuages
et trouver le rythme
de nos coeurs. » 

(poème extrait des Champs du Silence)





« Tant d’ailes Tant d’ailes
dans le feuillage de nos paroles
et si peu de graines
à enfouir. »

(Poème extrait de Paille et Source)





Le Châtaignier

« Immense, lent,
le châtaignier surgi
de son fourreau de feuilles
étend ses bras
squelettes d'ailes
où monte encore la force de la terre.»


(extrait de Temps du Pral)



« La nuit et moi avons nos habitudes
Chaque soir depuis vingt ans elle vient au même endroit

Ainsi je regarde et je sais
que la paix est de ce côté.»

(extrait de Temps du Pral)


« Temps du Pral se distingue par la densité et la force de l’expression, la progression originale, l’attention aux choses du monde et à la gravité de leur sens. » MariE-Claire Bancquart

Marie-Claire Bancquart, décédée le 19 février 2019 à Paris, est une poétesse, romancière, essayiste et critique littéraire française. Ancienne élève de l’École normale supérieure de jeunes filles, titulaire de l’agrégation de lettres, docteur ès lettres avec une thèse sur Anatole France, elle fait paraître son premier recueil de poèmes en 1969.

« L’après-midi n’est pas augurale
mais pareille à tant d’autres. 

Nous aimons sa simplicité. 

Dans les vitres s’inscrivent nos visages
un peu flous comme si nous voulions dérober le paysage
et le transporter pour toujours dans notre maison. 

Il nous laisserait vivre en lui, sans histoire. 

Nous serions des stratèges en gouttes et brindilles, nous préserverions une paix. »

(extrait de Figures de la terre - Marie-Claire BANCQUART)